La justice du Malawi ajourne le procès des deux gays

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La justice du Malawi ajourne le procès des deux gays

Photo d'une église

C'est dans les églises qu'on trouve le plus de charité chrétienne. C'est dans les églises qu'on trouve le moins de charité chrétienne. © MensGo / Philca.

(Blogmensgo, 22 mars 2010) Lors d’une audience préliminaire tenue le 22 mars 2010, le juge Nyakwawa Usiwa-Usiwa a reporté au mois d’avril le procès des deux homosexuels incarcérés depuis fin décembre 2009 pour s’être mariés à titre symbolique. C’est ce même juge qui, en janvier 2010, leur avait refusé la liberté sous caution au prétexte que leur sécurité serait menacée par la vindicte populaire (cf. notre article du 2 janvier 2010). L’ajournement du procès permettra aux deux inculpés de mieux préparer leur défense.

La justice du Malawi poursuit Tiwonge Chimbalanga, 20 ans et Steven Monjeza, 26 ans, pour outrage à la pudeur et atteintes sexuelles ; ce chef d’accusation peut leur valoir, aux termes du code pénal, jusqu’à quatorze années d’emprisonnement. Les deux hommes ont choisi de plaider non coupable. Ils estiment que leurs droits constitutionnels sont bafoués, tant par la plainte dont ils sont l’objet que par leur détention préventive. Leurs avocats vont par conséquent plaider la relaxe.

Cette affaire suscite une vive polémique au Malawi, où la législation demeure ouvertement homophobe. Des membres du gouvernement s’émeuvent toutefois des poursuites à l’encontre des gays, jugeant que cet acharnement est préjudiciable à la lutte contre le VIH/sida. Plusieurs pays donateurs, dont le Royaume-Uni et la Norvège, suggèrent d’une manière à peine voilée que des sanctions judiciaires à l’encontre des deux homosexuels seraient lourdes de conséquences pour l’avenir de l’aide bilatérale.

À l’intérieur même du pays, des voix s’élèvent pour exiger le maintien des lois réprimant l’homosexualité. Les Églises protestantes, trois jours avant l’audience préliminaire du 22 mars, ont publiquement demandé au gouvernement de ne pas amender le code pénal dans un sens moins restrictif. « Nous estimons que les pratiques homosexuelles ne sont pas chrétiennes. Nous ne tolérons pas l’homosexualité », martèle un communiqué des Églises protestantes du Malawi.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont La Croix du 19 mars et BBC News du 22 mars 2010)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *