Le Portugal s’apprête à légaliser le mariage gay

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le Portugal s’apprête à légaliser le mariage gay


Photo de José Sócrates

José Sócrates, un Premier ministre sacrément gay-friendly. © Ricardo Oliveira.


(Blogmensgo, 8 janvier 2010) Un projet de loi en faveur du mariage homosexuel a été adopté en première lecture, le 8 janvier 2010, par les députés portugais. Presque tous les députés de gauche ont voté en faveur du texte, contrairement à ceux de droite qui réclamaient un référendum.

Le texte adopté en première lecture exclut toutefois l’adoption homoparentale. Le Parlement a en outre rejeté deux propositions de loi favorables à l’homoparentalité, présentées par les écologistes (LV) et l’extrême gauche (BE). Les députés n’ont pas plus retenu un texte émanant de la droite et prônant un pacs à la portugaise intitulé « union civile enregistrée » identique au mariage mais sans possibilité d’adoption.

Le Premier ministre socialiste, José Sócrates, a lui-même défendu devant le Parlement ce projet de loi qui entend « réparer des décennies d’injustices faites aux homosexuels ». Le Portugal a classé comme crime l’homosexualité jusqu’en 1982. La légalisation du mariage entre personnes de même sexe « nous semblera à tous évidente », a ajouté le Premier ministre, « comme nous semblent aujourd’hui évidents l’égalité des sexes, le droit à l’avortement ou le concubinage ».

La légalisation du mariage gay ne suscite aucune véritable polémique au Portugal. La droite s’y abstient de tout jugement moral et des associations d’obédience catholique se contentent de militer discrètement contre le projet de loi. Même la hiérarchie catholique, pourtant hostile au mariage gay, s’abstient de participer officiellement au débat.

Le vote définitif du texte interviendra après son examen en commission parlementaire. Une fois adopté, le projet de loi entrera en vigueur par décret présidentiel.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont Le Monde du 7 janvier, AFP et Le Figaro du 8 janvier 2010)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *