Les séropos pourront de nouveau se rendre aux États-Unis

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Les séropos pourront de nouveau se rendre aux États-Unis

(Blogmensgo, 2 novembre 2009) Les personnes séropositives pourront de nouveau séjourner aux États-Unis, à compter du 1er janvier 2010. C’est du moins ce que vient d’annoncer le président Barack Obama, le 30 octobre, promettant que les dernières obstacles réglementaires seraient levés le 2 novembre 2009. Les séropos étrangers étaient interdits de territoire américain depuis 1987.

Photo de Barack Obama au Congrès

Obama a aussi fait proroger la loi (qui porte le nom de Ryan White, dont la mère est applaudie) permettant aux exclus de soigner leur VIH/sida. © White House / Pete Souza.

L’interdiction de territoire était abandonnée en théorie depuis septembre 2008, à l’issue d’un décret présidentiel signé deux mois auparavant. Mais la transposition intégrale dans les textes législatifs et réglementaires aura nécessité la promulgation de plusieurs autres dispositions supplémentaires. Le nouveau régime ne sera semble-t-il pas applicable au séjour de longue durée des personnes contaminées par le VIH, qui n’auront donc toujours pas le droit d’immigrer aux États-Unis.

Le pays d’Obama recense 1,1 million de personnes séropositives, en particulier chez les Noirs et les homosexuels où l’infection au VIH atteint une proportion que le chef de l’État juge « inacceptable ». Son pays, en pointe dans la recherche médicale contre le sida, n’avait plus accueilli depuis 1993 la moindre conférence internationale relative à la pandémie, à cause justement de l’interdiction de territoire qui frappait les séropos.

Après l’entrée en vigueur du nouveau dispositif, il ne restera plus que 11 pays interdisant encore leur territoire national aux porteurs du VIH : Arabie saoudite, Arménie, Bruneï, Corée du Sud, Irak, Libye, Moldavie, Oman, Qatar, Russie, Soudan.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont NouvelObs.com des 30 octobre et 1er novembre, Libération du 30 octobre 2009 et Le Figaro du 31 octobre 2009)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *