Un juge remet en question l’interdiction du mariage gay en Californie

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Un juge remet en question l’interdiction du mariage gay en Californie

Photo du juge Vaughn Walker

Accusé, veuillez répondre à mes 4 538 questions ! © Wikipedia.

(Blogmensgo, 15 octobre 2009) « En quoi le mariage gay empêcherait-il les couples hétérosexuels de procréer en Californie ? » C’est à cette question que les partisans de la fameuse Proposition 8 (qui prohibe le mariage homosexuel dans cet État) devront répondre en janvier 2010, lors du procès visant à invalider l’interdiction du mariage gay en Californie. Le juge fédéral Vaughn Walker (fiche Wikipédia) l’a explicitement demandé, lors de l’audition préliminaire du 14 octobre 2009, à l’avocat des opposants au mariage entre personnes du même sexe.

L’affaire résulte d’une plainte – relayée par le procureur général lui-même, ce qui est rarissime – que deux couples homosexuels non mariés ont déposée contre la Proposition 8, dont ils estiment les stipulations contraires à la Constitution fédérale américaine. Des partisans de la Proposition 8 emmenés par l’avocat Charles Cooper ont alors demandé un classement sans suite, au motif que le mariage gay constituerait une menace pour les unions hétérosexuelles. Selon eux, le mariage gay compromettrait l’objectif de l’État visant à favoriser les « relations naturellement procréatrices ».

L’avocat Charles Cooper n’ayant pas été capable de prouver ses allégations, le juge Vaughn Walker a donc estimé irrecevable sa requête et validé la tenue d’un procès fédéral en janvier 2010.

Le juge Walker ne veut pas se contenter d’un procès en catimini. Il entend étudier l’affaire dans toute sa complexité et dans toutes ses implications. Le juge fédéral veut notamment savoir si l’orientation sexuelle est une caractéristique acquise ou immuable [s’il lit le français, on lui recommande notre article du 22 janvier 2009, ça lui donnera de la matière] et si l’interdiction du mariage gay constitue un acte d’homophobie.

Commentaire. Il me plaît bien, ce juge Walker…

Philca / MensGo
(via Associated Press du 14 octobre et Le Figaro du 15 octobre 2009)

1 réponse

  1. Pierre

    Le meilleur moyen de savoir si le juge lit le français, c’est d’appeler le tribunal et de leur demander. Ou il a peut-être parmi ses collaborateurs en relations publiques quelqu’un qui parle français et qui pourra lui traduire.

    Répertoire téléphonique du bureau du juge Walker…
    http://fwd4.me/07f

    Ensuite, vous pouvez envisager de lui envoyer votre texte… Qui sait ? Ca peut l’intéresser même s’il est considéré comme plutôt conservateur (La doctrine, ça existe aussi aux Etats-Unis…).

    Il m’est déjà arrivé d’appeler l’Elysée, Matignon ou des ministères, on se fait une idée qu’ils sont inacessibles tout là-haut. Le directeur de cette administration, c’est évident mais ils ont un service de presse qui répond à toutes les questions valables de journalistes, de thésards et du premier curieux venu.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *