La crise mondiale pénalise les efforts des pays pauvres contre le VIH/sida

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La crise mondiale pénalise les efforts des pays pauvres contre le VIH/sida

(Blogmensgo, 21 juillet 2009) Gouvernements, chercheurs et ONG craignent unanimement que la crise économique mondiale n’ait des conséquences désastreuses sur la lutte contre le VIH/sida. Ils l’ont fait savoir, à plusieurs reprises, dans le cadre de la 5e conférence mondiale de l’International Aids Society (IAS) qui se tient du 19 au 22 juillet 2009 au Cap (Afrique du Sud). Le millésime 2009 a pour thème générique « Pathogenèse, traitement et prévention » du VIH et du sida.

Bandeau de l'International Aids Society

Une palabre à 5 000 voix… qui, hélas, ne fait pas grand bruit. © Ias2009.org.

Alors que la recherche d’un vaccin progresse dans le monde en général et en particulier en Afrique du Sud (cf. notre article d’hier), l’accès aux soins laisse encore beaucoup à désirer, malgré des progrès considérables. L’Afrique du Sud est le pays le plus touché par la pandémie. Un adulte sur cinq est séropositif dans ce pays de 5,7 millions d’habitants où seuls 600 000 patients bénéficiaient d’antirétroviraux à la mi-2008. On est encore bien loin de l’objectif sud-africain de 80 % d’accès aux antirétroviraux d’ici 2011 et, à cette même date, de 95 % de prévention de la transmission mère-enfant.

La crise mondiale risque bel et bien de réduire la diffusion d’antirétroviraux (ARV) dans les pays pauvres. « Dans six pays africains, l’approvisionnement en médicaments vitaux contre le VIH/sida a été retardé et risque d’être suspendu », s’alarme Médecins sans frontières (MSF). Les pays les plus touchés par la pénurie sont l’Afrique du Sud, le Malawi, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Zimbabwe et la Guinée-Conakry. « Les listes d’attente s’allongent de jour en jour, mettant en péril la vie des patients avant même qu’ils aient commencé un traitement ARV », se désespère MSF.

L’organisation humanitaire adjure « les gouvernements et les bailleurs de fonds [de] répondre aux problèmes de financement et d’approvisionnement de façon urgente et efficace », car « la vie de nombreuses personnes ayant besoin de médicaments vitaux est en danger ».

Philca / MensGo
(via NouvelObs.com du 20 juillet 2009)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *