France, terre d’homophobie

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

France, terre d’homophobie

(Blogmensgo, 14 mai 2009) Dans son rapport 2009 portant sur l’année 2008, l’association SOS Homophobie constate la persistance des actes homophobes en France, voire un triplement des propos homophobes sur le Net. Bien que « l’homosexualité semble globalement un peu mieux acceptée dans la société » française, elle demeure très forte au travail, dans la famille et maintenant aussi dans le voisinage.

Rapport 2009 de SOS Homophobie

La France est un hexagone aux six angles homophobes. © Sos-homophobie.org.

La montée en puissance du Net homophobe résulte à la fois de l’accroissement du taux de connexion, de l’anonymat sur les forums et de la plus grande visibilité des gays, des lesbiennes, des transsexuels et de leurs thématiques, ce qui a pour effet d’accroître proportionnellement les phénomènes de rejet, d’exclusion ou d’invectives.

L’association française consacre désormais son champ d’action prioritaire au monde du travail, où les dérives homophobes, fermement relayées par une politique de déni, continuent de faire des ravages. SOS Homophobies veut notamment sensibiliser les syndicats, les recruteurs et les responsables des ressources humaines.

Tout n’est pas uniformément négatif. Ainsi le rapport 2009 souligne-t-il certains efforts méritoires des pouvoirs publics, de même qu’une nette régression des agressions physiques à caractère homophobe.

Il peut être salutaire, le cas échéant, de demander réparation en justice. C’est ce qui a permis de faire condamner Pierre Pechery, en mars 2009, à six mois de prison avec sursis et 8 000 euros de dommages et intérêts pour avoir harcelé psychologiquement un subalterne en 2001. Pierre Pechery dirigeait alors une filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) ; six ans plus tard, il dirige une autre filiale de la CDC et sa condamnation ne sera pas mentionnée sur son casier judiciaire. La peine semble bien légère au regard du préjudice…

D’où l’interrogation de Stéphanie Arc et Jacques Lizé, vice-présidente et président de SOS Homophobie : « Faut-il des procès, des scandales, des suicides ou des crimes pour que la société finisse par prendre en compte une problématique, pour que les acteurs et institutions mettent en place une autre politique que celle de l’autruche ? »

Philca / MensGo
(via Le Monde du 19 mars, La Croix et Le Mondedu 14 mai 2009)

1 réponse

  1. pat38

    des lois qui protègent et valorise la relation amoureuse homosexuel comme le mariage, civiliserais la relation et officialiserais le statut de cette relation et les gens s habitueraient avec le temps ,

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *