Le président du Burundi transforme l’homosexualité en délit pénal

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le président du Burundi transforme l’homosexualité en délit pénal

Photo de Pierre Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a mis ses bas instincts dans le code pénal du Burundi. © ONU/Mark Garten.

(Blogmensgo, 27 avril 2009) Le président burundais Pierre Nkurunziza a signé, le 22 avril 2009, un décret promulguant un nouveau code pénal dont l’article 567 punit les pratiques homosexuelles de trois mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 50 000 à 100 000 francs (de 32 à 64 euros). Promulgué sans publicité, le nouveau code pénal confirme la version homophobe votée à la mi-mars par l’Assemblée nationale et contredit celle votée par le Sénat le 17 février (cf. notre article du 18 février 2009).
(La Constitution du Burundi stipule que l’avis de l’Assemblée l’emporte sur celui du Sénat.)

Un collectif de 63 organisations burundaises et internationales a aussitôt dénoncé le nouveau code pénal dans un communiqué diffusé par Human Rights Watch (HRW). Le même collectif a lancé une pétition demandant l’abrogation de l’article 567. Outre l’atteinte aux droits fondamentaux qu’elle condamne, la pétition déplore « que cette loi compromette les efforts du Burundi dans sa lutte contre le sida, en marginalisant encore davantage une population à risque ».

Hasard du calendrier, la Banque mondiale s’apprête à décaisser 15,6 millions de dollars, dont une partie vise à financer « la lutte contre le VIH/sida ».

[Update. Human Rights Watch a publié, le 30 juillet 2009, un rapport (téléchargeable en PDF) intitulé « Institutionnalisation de la discrimination contre les gays et lesbiennes au Burundi ».]

Commentaire. Malgré les pressions internationales, Pierre Nkurunziza a publié son décret homophobe au nom de la culture et de la coutume locales. Sans doute a-t-il oublié de lire Montaigne avant de flatter les bas instincts de ses propres partisans et de l’Église protestante locale.
C’est également au nom de l’identité nationale ou raciale, de la culture, de la coutume, que des gouvernements élus ont gazé des millions de Juifs, enchaîné des millions de Noirs, exterminé les Amérindiens, lynché des métis, pourchassé des incroyants, tenté d’annihiler la totalité du peuple arménien et la moitié du peuple rwandais. Pierre Nkurunziza a par conséquent décidé, en toute connaissance de cause, d’adhérer à cette mouvance qui a pour nom monstruosité. Pierre Nkurunziza a la foi, dans un pays où les pasteurs ont la haine.
Quant à la Banque mondiale, elle n’a pas encore fait savoir si son aide serait assortie d’une mesure de conditionnalité. Un décaissement pur et simple serait assimilable à une politique de complicité active.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont AFP du 25 avril [décret présidentiel] et African Manager du 27 avril 2009 [Banque mondiale])

1 réponse

  1. Nadia Kenou- turbin

    Je souhaite réagir à ce post car je suis africaine et hétéro. Hier samedi 2 mai 2009, j’ai regardé un extrait de reportage sur une chaîne du câble qui avait pour sujet: les poursuites faites contre des homosexules sénégalais qui m’a profondément choqué!.

    La réaction de la population suite au verdict m’a laissé sans voix.!! Dans quel siècle vivons nous et surtout de quel droit se mêle t-on ainsi de la vie privée des autres?! Et les droits de l’homme alors?

    Je suis consciente que cela ne veut rien dire en afrique mais tout de même!!! J’ai donc décidé de publier ceci pour montrer à tous les homosexuels Afriacain que je les soutiens, bien sûr c’est peu de chose, mais je voulais apporté ma petite contribution.! Il faut se battre!!!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *