La compilation Dark Was the Night joue sa partition contre le VIH/sida

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La compilation Dark Was the Night joue sa partition contre le VIH/sida

(Blogmensgo, 16 février 2009) Seuls deux noms évoquaient quelque chose pour moi parmi la liste des interprètes : le Kronos Quartet (normal, je suis fou de musique classique) et Feist. Deux noms pour un double CD proposant 31 morceaux, c’est peu. Cela ne m’empêchera pas d’acquérir dès que possible la compilation Dark Was the Night de Red Hot Organization (RHO), publiée sous le label 4AD, qui sort demain aux États-Unis et aujourd’hui dans le reste du monde. Et pas seulement parce que la recette des ventes vise à financer, comme chacune des compilations annuelles de RHO, des actions contre le VIH/sida.

[Update du 11 novembre 2011. On peut encore écouter en streaming quatre chansons sur le Myspace de l'album (dont ma préférée, celle de Sufjan Stevens), voire l'album dans son intégralité via RHO, sur sur une page spécifique où l'on apprend d'ailleurs que l'album a rapporté – seulement – 1 million de dollars.]
Compilation Dark Was the Night

Contre le VIH/sida, rien de tel qu'un préservatif et de la musique – pas sur les oreilles, la capote ! © Darkwasthenight.com.

Tout a commencé par un article de Stéphane Davet dans Le Monde du 15 février 2009. Pour aimer le classique, je n’en apprécie pas moins le rock. Alors quand l’auteur évoque une compilation rock antisida, je lis le papier. Bien m’en a pris. La qualité d’écriture de Stéphane Davet – dont j’ignorais le nom jusqu’à hier – est telle que je me suis pris de passion pour cette double galette dont quasi tous les interprètes me sont eux aussi inconnus.

De pixels en hyperliens, j’ai remonté le Web jusqu’à la source musicale, celle qui propose aux blogs d’ajouter un widget gratuit afin de faire écouter trois morceaux en version intégrale aux internautes. D’où le cartouche ci-contre, en haut de la colonne de gauche, qui permet d’écouter ces trois titres l’un après l’autre.

Comment ai-je choisi les trois morceaux ? Hum… De haut en bas : le premier, au pifomètre et aussi parce que j’adore le violoncelle (bonne pioche) ; le deuxième, parce que je connaissais la qualité des interprètes (un peu déçu) ; le troisième, en suivant le conseil de Stéphane Davet (chef-d’œuvre, hormis la dispensable première demi-minute). Le même Davet (lire absolument son putain de sublime article pendant qu’il est en ligne) signale que la première galette, plus proche de l’épure et du folk, est beaucoup plus réussie que la seconde galette à dominante pop.

Pourquoi vais-je acheter ce double CD ? Pour contribuer à une bonne action, certes. Mais aussi parce qu’il est vendu moins de 15 euros chez Amazon, à la Fnac et dans toutes les bonnes crémeries.

[Update du 16 février 2009 : Le double CD est disponible en MP3 haute résolution non verrouillé et en téléchargement légal chez 7Digital (clique sur le drapeau de ton pays), au prix de 9,49 euros, soit 31 centimes par morceau. Pas trouvé mieux ailleurs. Update du 11 novembre 2011, le CD est maintenant vendu au prix fort un peu partout, soit plus 17 € chez Amazon.fr voire 19,99 € chez 7Digital…]

Philca / MensGo

(via Le Monde du 15 février 2009)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *