Progression du VIH en 2008 au sein de la population gay de Suisse

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Progression du VIH en 2008 au sein de la population gay de Suisse

Photo d'un chercheur

Non, le chocolat suisse n'est pas un antirétroviral ! © Novartis

(Blogmensgo, 4 février 2009) L’Office fédéral suisse de la santé publique (OFSP) a diagnostiqué, selon des chiffres provisoires, 766 nouveaux cas de VIH en 2008 contre 768 nouveaux cas en 2007. Le chiffre définitif de 2008 sera supérieur à celui de l’année précédente, car on s’attend à recevoir au moins une vingtaine de déclarations tardives.

C’est chez les gays que le nombre de transmissions progresse le plus (327 nouveaux cas sur 766), alors qu’il est stable chez les toxicomanes et chez les hétérosexuels. La proportion des infections récentes est également plus forte chez les homosexuels que dans les autres catégories de population.

Le nombre de séropositifs qui développent le sida est toutefois en très nette régression, grâce à la généralisation d’antirétroviraux efficaces. Alors qu’on recensait 717 nouveaux cas de sida en 1992, on n’en dénombrait plus, en 2008, que 185 (dont 39 consécutifs à des rapports homosexuels masculins).

Quant au nombre de décès consécutifs au VIH/sida, il a diminué d’au moins 25 % en 2008 (60 morts) par rapport à 2007 (85 décès), alors que la pandémie avait tué 686 personnes en 1994 sur le territoire helvétique. Cette baisse spectaculaire s’explique, là aussi, par l’efficacité accrue des antirétroviraux et par leur plus grande diffusion.

On peut consulter l’ensemble des chiffres dans les tableaux trimestriels VIH/sida de l’OFSP (format PDF) [URL périmée] publiés le 2 février 2009.

Philca / MensGo
(via Office fédéral suisse de la santé publique du 2 février 2009)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *