Questions « existransielles » pour les jeunes trans

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Questions « existransielles » pour les jeunes trans

Photo de Julie Andrews

Julie Andrews dans Victor/Victoria (1982). © Collection Christophel / Allociné.

(Blogmensgo, 7 janvier 2009) Qui sont-ils ? Qui sont-elles ? Comment ont-ils et ont-elles vécu leur parcours de transition physique, juridique, familiale et affective avant l’âge de 27 ans ? C’est ce que cherche à savoir un questionnaire soumis aux jeunes trans et intersexes (ayant 26 ans ou moins), dont une compilation statistique sera publiée au printemps 2009.

Le questionnaire a été conçu par des membres des associations Homosexualité et socialisme et Mag jeunes gais, lesbiennes, bi et trans. L’objectif est double : optimiser l’accueil et la prise en charge des trans, mais aussi mettre à jour la plateforme revendicative des deux associations dans ce domaine.

Près de 90 questions composent ce questionnaire qui s’adresse aux personnes majeures et mineures. Tous les sujets sont abordés, depuis les renseignements signalétiques jusqu’à la sexualité, en passant par les études, le milieu professionnel, la phase de transition, les relations avec autrui et avec soi-même. La plupart des réponses au questionnaire sont obligatoires et résultent de questions à choix unique ou multiple, des plus anodines jusqu’aux plus intimes. Plusieurs cartouches ont également été prévus pour recueillir des annotations non prévues par les cases à cocher ; cela devrait notamment être utile aux personnes intersexes, dont les responsables de ce « projet d’étude sur les jeunes trans » reconnaissent d’emblée que leur questionnaire est perfectible concernant cette catégorie de personnes.

Le formulaire signale qu’il faut compter environ un quart d’heure pour consigner les réponses. Vu le nombre de questions, leur technicité et surtout leur impact affectif, il me semble plus prudent de prévoir une bonne vingtaine de minutes. Quitte à se réserver, ici ou là, quelques moments de décompression. Mais il faut aller jusqu’au bout. C’est important.

Philca / MensGo
(via France gaie et lesbienne du 6 janvier 2009)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *