Ressentir le plaisir et le bonheur

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Ressentir le plaisir et le bonheur

Il a débarqué sur cette planète pour y assumer les responsabilités et obligations inhérentes à cette vie-ci un matin d’automne à Bâle en 1952.

Encore une année exceptionnelle s’est-il dit.

Bon, choisissons une famille pas trop compliquée mais quand même avec des principes de vie acceptable pour la société actuelle.

Son père était un drôle d’oiseau qui aimait s’éclater.
Eh oui, cela existait déjà à cette époque.
Il se disait probablement que demain était un autre jour et comme lui plus tard que la vie était trop courte pour en gaspiller une miette, même s’il était hétéro jusqu’au bout des cheveux, bagarreur et un peu voyou.
Il était colporteur de lacets de chaussures quand il a rencontré sa mère et aussi un vendeur exceptionnel qui savait vous présenter un déodorant fabriqué avec une composition secrète à base d’ailes de mouches de Sumatra. A son avis il avait manqué sa vocation, il aurait dû être Master Trainer en marketing dans une multinationale, mais bon lui avait choisi en plus la liberté. Ce que certains appellent la médiocrité, il en a fait un chef-d’œuvre du bien être personnel…
Il a entendu des quantités d’anecdotes aussi marrantes les une que les autres. Il était comme son fils après tout, un type extraordinaire, mais d’une autre époque selon son point de vue actuel.

Mais il croit que s’il avait survécu à sa 9e année, il l’aurai adulé…
À coup sûr, il serait par quelques-unes de ses facettes, devenu son modèle de vie s’il n’était pas décédé avec le sourire après avoir été éjecté de sa coccinelle quelque part dans le canton de Fribourg et que celle-ci par un curieux coup du sort lui soit tombée dessus alors que sa maîtresse s’en sortait indemne…

Sa mère elle, une bosseuse invétérée « je ne sais pas pourquoi elle n’a pas fait partie du Frau Ferein lorsqu’ils habitaient encore en Suisse alémanique ».
Finalement son objectif qu’elle a toujours atteint était d’avoir une maison ou apparenté, un garage, une voiture, un jardin et un chien et… Un mari sur qui elle avait barre afin qu’il réalise ses plus petits désirs sans discuter.

Pourtant, je peux vous assurer qu’elle n’avait rien d’une despote et qu’elle insufflait à ses enfants des règles avec lesquelles ont ne pouvait pas transiger !

Il ne saurait trop la remercier et lui vouer une reconnaissance éternelle pour l’éducation qu’elle lui a offerte. MERCI MAMY.

Lui de mon côté à 6 ans il fantasmait déjà sur des mecs et ses rêves étaient déjà teintés d’érotisme hard à la limite du SM mais ou le plaisir finissait toujours par prendre le dessus.

Lors de l’éveille de sa conscience un peu avant cette période, il s’est dit qu’il devait impérativement fixer des objectifs pour cette période de vie et il a envisagé des choses magnifiques dont beaucoup se sont déjà réalisées et quelques-unes sont en train de devenir réalité lors de la seconde moitié de cycle de vie de ce corps-ci !
Vraiment intéressant. Mais laissons-le parler :
---
Comme probablement chacun sur cette planète, j’ai beaucoup recherché le plaisir mais jamais dans les drogues, les stupéfiants ou autres psychotropes. J’avais trop besoins de garder le contrôle des événements de ma vie pour me laisser sombrer dans les vapeurs de l’alcool ou de substances peu recommandables…
Je le dis à mes amis, j’aime le bon vin pour le goût pas pour l’effet et cela est une règle impérative de ma consommation.

Je peux donc probablement sans me tromper, me qualifier d’épicurien.

Comme le commun des citoyens lambda le sait, le plaisir extrême provient de la jouissance sexuelle qui devrait normalement être dédiée à la pérennité de sa famille et de la race humaine.

Pourtant j’ai expérimenté un plaisir aussi intense ...
Suite au prochain épisode ☺, Lol

Eh bien oui, ce plaisir extrême naît au moment ou l’on commence chez soi ou chez d’autres, la valeur de l’excellence pure. C’est souvent en relation avec quelque chose qu’on appelle professionnalisme.
Là, il n’y a pas de place à l’erreur tout tend à la perfection…

S’il s’agit d’un plat qui vous est servi, la méthode et les manières sont un art qui inspire le respect. L’arrangement et l’esthétique, l’odeur et les goûts sont d’une subtilité sans égal et là, vous êtes proche de l’extériorisation physique tant la qualité supérieure de l’instant vous projette dans un autre univers que certains poètes appellent le paradis…

Imaginer un maraîcher qui vous parle de ses cultures alors que vous déguster une salade printanière à l’huile d’olive pressée à froid avec un zeste de d’odeur citronnée. Vous écoutez attentivement ses commentaires et observez que ses yeux s’allument lorsqu’il vous parle du soin particulier qu’il prend pour chacune de ses cultures « Fleurs, Fruits, ou légumes ».

Et voici l’instant magique, vous êtes aux pieds de l’arc-en-ciel, le trésor est sous vos souliers, c’est l’extase d’un moment exceptionnelle, cette fraction de temps est un véritable cadeau du ciel.

Il vous arrive aussi parfois de rencontrer quelqu’un qui vous propose un service de qualité et lorsque vous l’acceptez et que c’est effectivement le cas au-delà de vos espérances, vous savez que la chance vous a souri et que vous avez rencontré un véritable professionnel pour lequel la qualité n’existe qu’en compagnie de l’excellence. Cela m’amène automatiquement à un niveau de conscience proche de l’extase tellement j'apprécie.

Il m’arrive de rêver, d’espérer qu’un jour je puisse assumer ce statut de seigneur de l’excellence et ce jour je suppose que j’accepterai le titre d’altesse, mais j’ai me semble-t-il encore beaucoup de travail à faire sur moi-même afin d’atteindre les cimes inaccessibles, c’est un entraînement de chaque instant avec une remise en question constante mais qui est réellement payante car la progression est inéluctable et sa contribution à ce club très fermé est une récompense qui vous fait sourire de bonheur à la vie dans cet environnement parfait.
En corollaire, la plus petite fausse note nous fait grimper au rideau ; mais restons zen et voyons le bon coté des choses et si comme moi vous transformez vos erreurs en leçons de vie, cela vous semblera être un investissement salutaire tel un marchepied, afin d’accéder au bonheur lorsque vous approchez de la perfection…

Claude-André

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *